Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : les miracles de Dieu
  • : les miracles de Dieu, phénomènes étranges, ange, Jésus
  • Contact

Recherche

Les Sites Qui Parlent De Jésus

1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 00:20

   Il pleuvait beaucoup ce dimanche, et moi je roulais de plus en plus vite. On aurait dit que le ciel pleurait pour moi ce jour-là, parce qu’il savait qu’il m’avait fait du mal. On aurait dit que le ciel pleurait sur moi... parce qu’il savait ce que je voulais faire. Je revoyais le doux visage de Ally pendant que je roulais, puis je décidais de mettre fin à ma vie.
« Si je meurs tant pis, et si je m’en sors, je commencerai une nouvelle vie. » Me disais-je.

   Je m’engageais sur une route de campagne puis j’accélérais. Je fonçais vers la fin de ma vie. Il pleuvait des cordes. Le paysage défilait à toute vitesse. Je revoyais en pensée certains moments de ma vie. Je me disais que j’allais bientôt mourir. J’appuyais à fond sur la pédale d’accélération. Trois cents mètres plus loin, un virage s’ouvrait devant moi comme la mort qui ouvrirait sa gueule pour m’avaler. Il pleuvait trop fort et je roulais trop vite, je n’avais donc pas pu aborder correctement dans le virage. La voiture avait fait un aquaplaning, je ne pouvais plus la contrôler. Les pneus ayant perdu leur adhérence sur cette chaussée mouillée, la voiture dérapait. Après avoir effectué un tête-à-queue, elle montait sur le talus, haut d’un mètre cinquante environ, puis elle heurtait violemment un poteau électrique. Le choc la projetait sur la chaussée, c’était la fin. Tout s’était passé en quelques secondes.

   Tout de suite après que ma voiture était projetée sur la chaussée, je me retrouvais dans un lieu d’une obscurité si épaisse qu’il était impossible de distinguer la moindre chose autour de moi. C’était la nuit noire. Je ne voyais que le haut de mon corps et mes bras. Il y régnait un silence absolu, un silence de mort. Par l’esprit je savais que je n’étais plus sur la terre.

« Je suis mort ! » Me disais-je, quand j’étais conscient du lieu où j’étais. A peine avais-je eu cette pensée, que j’avais l’impression que je traversais un espace-temps. Comme si j’avais traversé plusieurs galaxies à la vitesse de la lumière ! A l’image suivante, j’étais de nouveau dans ma voiture, toujours assis sur mon siège mais totalement renversé. C’est à dire la tête vers la chaussée. Je voulais sortir de la voiture mais la ceinture de sécurité m’empêchait de bouger, elle m’étranglait presque. Je la débouclais, puis je rampais sur le ventre pour sortir de là.  La voiture était tellement aplatie que je ne pouvais même pas me mettre à quatre pattes.  Arrivé à la portière, je sentais quelque chose qui coulait sur mon front, puis je voyais tomber une goutte rouge, une deuxième goutte rouge. « Je saigne ! » Me disais-je.


Quand j’étais hors de la voiture j’étais très essoufflé ! Je me relevais et je regardais ma voiture. Les quatre roues continuaient de tourner dans le vide. Après avoir culbuté le poteau électrique, la voiture était retombée sur le toit en s’écrasant sur la chaussée.

Quelques minutes plus tard la police et les pompiers arrivaient. Ils avaient été alerté par un automobiliste qui passait par là. J’en déduisais que j’étais resté inconscient, sûrement mort, dans ma voiture pendant une demi-heure au minimum. L’un des pompiers, croyant que j’étais coincé dans ma voiture, se baissait pour regarder à l’intérieur.

- Où est-il ? Demandait le pompier.

- Je suis là ! répondais-je en me faufilant entre les badauds. Je montais dans le véhicule des pompiers et l’on me transportait à l’hôpital.  

La police avait conclu que la pluie avait rendu la chaussée glissante et que ma voiture avait dérapé.

Vu l’état de la voiture après l’accident, c’était un miracle si je m’en étais sorti sain et sauf, j’avais juste une égratignure à la tête. Et pourtant j’avais fait un voyage qui ne devait pas avoir de retour, car habituellement on ne revient pas de cette destination. 

Je suis sûr que j’étais mort dans cet accident ce jour-là, mais par miracle j’étais revenu à la vie.

 

 

 


Copyright ©  la reproduction même partielle ou l'utlisation de ces textes à des fins commerciales est strictement interdite sans l'accord écrit préalable de l'auteur.  

Je serais heureux de lire vos commentaires ou vos avis.

 

Partager cet article

Repost 0
les-miracles-de-dieu.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

clovis simard 04/02/2013 19:56

le miracle